Accueil | Nous joindre | Bulletin électronique | Blogue
  ESP  ENG  PORT  日本語  中文
Blogueurs actifs
 Amélie
 Benoît
 Caroline
 Daniella
 Marie
 Rémi
 Richard
 Sébastien
 Weimeng
Anciens Blogueurs
 Manoela
 Valérian
 Guillaume
 Tristan
 Jean
 Mathieu
 Anaïs
 Mehdi
 Éric
 Mélissa
 Saúl
 Julien
 Marion
 Alexis
 Amandine
 Sanaâ
 Larissa
 Guillaume
 Asmaa
 Franck
 Daniela
 Sandrine
 Luciane
 Claire
 Shomron
 Sébastien
 Clémentine
 Yun
Accueil > Blogue > Les billets de ce blogueur
Amélie
Programme : Baccalauréat en génie mécanique
Université d'accueil : École Polytechnique de Montréal
Ville d'accueil : Montréal
Ville et pays d'origine : Neuilly Sur Seine, France
Date d'arrivée au Québec : 5 août 2011
ARCHIVES
  Examens... travaux... et poutine!
  1er novembre, 2011 à 10:41
  Aucun commentaire
 

 Les premiers examens arrivent rapidement à Poly. C’est vrai que je les appréhendais un peu, mais c’était finalement plus de peur que de mal : faire les exercices recommandés par les professeurs, même si on y est pas obligé, permet de s’entrainer, de voir si on maîtrise le cours et d’acquérir de la rapidité en situation d’examen. 


Je commence aussi de plus en plus à travailler avec des amis, c’est vraiment avantageux quand on s’y met honnêtement, car chacun peut expliquer à son voisin ce qu’il n’a pas compris ; on fait les même exercices en même temps puis on compare nos résultats, etc. 

De plus, on a des projets finaux à rendre en équipe, et c’est vrai qu’à 5 ou 7 dans le même groupe, se rencontrer tous en même temps et se concentrer est un peu difficile, mais notre première réunion s’est plutôt bien déroulée, car tout le monde s’est impliqué dans le travail. On s’est défini des règles afin de ne pas s’éloigner du sujet et de respecter les objectifs fixés. Enfin, pour mêler la convivialité à l’ambiance de travail, on est tous partis manger une poutine une fois la réunion terminée !

Une poutine ? C’est un des plats traditionnels québécois, à base de frites, de fromage et de sauce brune. A première vue, le plat paraît étrange, mais il est délicieux. Après, à chacun ses goûts, certains n’aimeront pas forcément. Mais je suis sûre qu’au fil du temps ils vont changer d’avis !
 
    Commenter ce billet
  Consulter les commentaires
  Mi-parcours
  20 octobre, 2011 à 16:10
  1 commentaire
 

L’arrivée des premiers intras se fait très rapidement après les devoirs à rendre, mais après avoir travaillé régulièrement  ça se passe sans soucis. De plus, le centre de consultation en mathématiques contient toutes les archives des anciens contrôles périodiques, ce qui nous permet de nous entrainer sur des exercices types.

Puis arrive la semaine de relâche très attendue par les étudiants ! C’est à ce moment qu’il faut en profiter pour visiter le Québec, le Canada, la côte est des États-Unis même ! Certains sont rentrés chez eux revoir leur famille, de mon côté je suis restée parcourir Montréal avec mes amis de Poly. Sans oublier pour autant de travailler, pour redémarrer les cours sans stresser ou rattraper là où on aurait pu prendre du retard.
Aussi pour ceux qui ne s’étaient pas encore mis au sport (comme moi), c’est une bonne occasion d’aller au CEPSUM (complexe sportif de l’Université de Montréal) seuls ou avec des amis. C’est immense, on peut s’inscrire pour un entrainement dans un sport particulier, on trouve de tous, de la danse salsa à l’escalade, en passant par la natation, le tennis ou le volleyball etc. On peut aussi réserver des terrains (de badminton, squash, soccer, wally ball…) deux ou trois jours à l’avance.
Pour les grands sportifs, des sélections ont lieux la première semaine de la rentrée, surtout si rentrer dans l’équipe universitaire : les  « Carabins », intéresse, il faut s’y prendre tôt !
Finalement, on est à la mi-octobre, la température baisse et on commence à le sentir (surtout les étrangers), mais le paysage prend des couleurs, c’est magnifique !
 
    Commenter ce billet
  Consulter les commentaires
  Un début d'année bien mouvementé
  11 octobre, 2011 à 08:43
  1 commentaire
 

Après une première semaine chargée entre les cours et les activités d’intégration,  la fin de semaine n’est pas de tout repos. Je n’avais pas encore rangé mes vêtements, monté ma commode, ni même rien accroché aux murs. J’avais l’impression de n’avoir le temps de rien faire, car s’installer prend du temps, et il est primordial de se sentir à l’aise chez soi afin de se faire un point de repère. Mais il fallait aussi remplir le frigidaire, faire une machine, ne pas prendre du retard dans son travail et récupérer de toute cette agitation. J’ai mis trois jours pour tout réaliser !


La vie ne s’arrête pas là ! Et si tu pensais rentrer dans une routine, il va falloir réajuster le tir. Surtout si tu t’impliques dans la vie universitaire de Poly. Il y a tellement de comités différents, tu y trouves forcément ce qui t’intéresse ! Je suis moi-même aux « pas de cravates »,  le local est toujours ouvert et on y trouve toujours quelqu’un avec qui discuter, rire etc, en dehors des activités proposées. Les nouveaux étudiants qui veulent participer activement à la vie universitaire, dans l’organisation du bal de promo par exemple, s’inscrivent au PINEP (programme d’intégration des nouveaux étudiants à Poly) et font ainsi parti des « pas de cravates », car seuls les directeurs et co-directeurs en ont une, et spécial PINEP !


Donc Poly c’est les cours, c’est aussi des activités sociales inter-étudiant, ainsi que le pub les vendredi soir de 4 à 9 heures ! Je vous assure que tout cela nous laisse quand même le temps de sortir entre amis. J’arrive à trouver le temps le week-end de sortir, manger avec eux, de garder contact avec ma famille à travers Skype, de faire le ménage chez moi et même d’étudier. Le mot d’ordre est organisation !

Amélie Bourduge

 

    Commenter ce billet
  Consulter les commentaires
  Arriver à Montréal une semaine avant les cours ? C’est réalisable !
  22 septembre, 2011 à 10:25
  Aucun commentaire
 

 

Je m’étais inscrite à Accueil Plus afin de récupérer mon permis d’étude plus rapidement à la douane. Cela m’a évité des heures de file d’attente. Dès le lendemain, je me suis rendue à Poly pour assister aux ateliers d’accueil des étudiants internationaux et de recherche de logement efficace, où je m’étais inscrite un mois auparavant par internet. Ces ateliers sont très animés et ils m’ont tout de suite mis à l’aise avec le fonctionnement de l’école, la base de la culture québécoise, ainsi que tout ce qui concerne l’administration. J’ai dès ce jour rencontré plusieurs étudiants dans la même situation que moi.
Je logeais à ce moment dans un hôtel, et j’angoissais au fait de ne pas trouver de logement avant la rentrée, car je n’avais pas obtenu une chambre à la résidence. J’ai été vite soulagée ; après deux ou trois heures de recherche sur internet et dans les journaux, ainsi que quelques coups de fil, je suis partie visiter les appartements qui me plaisaient le plus. J’habite actuellement en colocation, qui était ma deuxième visite. Au final j’ai mis 24h, de la recherche à la signature du bail.
À ne pas rater, la journée d’intégration des nouveaux étudiants ! J’y ai rencontré tous mes amis dont la plupart sont dans ma classe, ainsi que beaucoup de personnes qui sont là pour nous aider et nous renseigner. Deux jours après, c’était la rentrée et durant la première semaine de cours, j’ai participé à la semaine d’intégration : une expérience inoubliable qui tisse des liens.

Amélie Bourduge
 
    Commenter ce billet
  Consulter les commentaires
  Mon arrivée à l'École Polytechnique de Montréal
  20 septembre, 2011 à 08:57
  1 commentaire
 

Je m’appelle Amélie, je suis française et j’aimerais vous apporter quelques témoignages sur l’histoire de mon arrivée à l’École Polytechnique de Montréal.


J’ai vécu tout mon lycée à Alger, où j’y ai passé un baccalauréat français. Je manquais beaucoup d’information sur les études supérieures alors je suis partie au salon de l’étudiant à Paris en décembre. Je voulais être ingénieur, c’est tout ce que je savais. C’est là que j’ai découvert Poly. J’étais partagée entre deux sentiments, l’excitation de partir dans un nouveau pays, découvrir une nouvelle culture, une vie étudiante proche du modèle américain etc. Ainsi que l’angoisse, la peur même, de se retrouver loin de ma famille, mes amis, mon pays, de ne pas pouvoir rentrer souvent. Je me suis tout de même inscrite, sachant que j’avais la liberté de changer d’avis à tout moment.
Ce qui m’a rassuré aussi, c’est que je n’étais pas livrée à moi-même. Au stand de Poly, j’ai rencontré une personne qui fait partie du service de recrutement de Poly. Je suis restée en contact avec elle tout au long de l’année où elle a répondu à toutes mes questions, aujourd’hui encore !
Anecdote : La première question qu’un professeur m’a posé après m’avoir demandé ce que je voulais faire plus tard : « Qu’est-ce qu’un ingénieur ? ».                                                                      
Je n’ai pas su répondre. Posez-vous cette question, et demandez à vos proches avant de consulter un dictionnaire ou internet. Vous serez surpris d’apprendre que vous n’êtes pas le seul à ne pas pouvoir répondre correctement.
 

    Commenter ce billet
  Consulter les commentaires
Haut de la page...
   
À PROPOS DU QUÉBEC
COMMENT ÉTUDIER AU QUÉBEC? (demande d'admission)
INDEX DES UNIVERSITÉS
LES UNIVERSITÉS VOUS VISITENT
PROGRAMMES
ORGANISER SON SÉJOUR
FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ)
ÉQUIVALENCES
SONDAGE
SÉRIE CAMPUS
ACTIVITÉ D'ACCUEIL À L'AÉROPORT ET SERVICE ACCUEIL PLUS
EXIGENCES LINGUISTIQUES
ACCUEIL NOUS JOINDRE BULLETIN ÉLECTRONIQUE BLOGUE PLAN DU SITE FAQ LIENS UTILES  FILS RSS
Ce site est une initiative du sous-comité
du recrutement international de la CREPUQ.
Ce projet a reçu le soutien du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport du Québec
ainsi que du ministère des Relations Internationales du Québec.